L'absentéisme est-il le 1er défi des établissements de santé ?

L'absentéisme des personnels de santé et ses coûts sont un défi majeur pour les établissements de santé. Hublo, solution de gestion des remplacements, revient dessus en détail.

L'absentéisme des personnels de santé et ses coûts sont un défi majeur pour les établissements de santé. Hublo, solution de gestion des remplacements, revient dessus en détail.

Si l’absentéisme en France demeure relativement stable (4,5 %), les établissements de santé sont particulièrement touchés avec des taux d'absentéisme presque deux fois supérieurs (hors médecins) et en croissance. État des lieux.


L’absentéisme est un phénomène difficile à caractériser, qui fait l’objet de conceptualisations différentes

Un cadre de santé réfléchissant aux causes de l'absentéisme du personnel de santé dans les établissements de santé.

🗓 Une approche administrative : l’absentéisme est défini comme le nombre total de jours d’absence calendaires du personnel considéré pour certains motifs (maternité / adoption, maladie, accident du travail / trajet);

🔎 Une approche basée sur la distinction entre l’absentéisme pour raisons de santé (congés pour maladie ordinaire, longue maladie, maladie longue durée, accident du travail et maladie professionnelle) et hors raisons de santé (maternité / adoption, formation…);

🧑‍💻 Une approche en termes d’organisation du travail : l’absentéisme recouvre alors « toute absence qui aurait pu être évitée par une prévention suffisamment précoce des facteurs de dégradation des conditions de travail entendues au sens large (charge physique et mentale, organisation et contraintes de temps et rythmes, qualité de la relation d’emploi, etc.)»

Si les analyses statistiques et les comparaisons sont délicates en raison de ces différentes approches, il est évident que le phénomène a atteint un niveau significatif dans les établissements de santé.


L’absentéisme dans les établissements de santé a atteint un niveau significatif, notamment au sein des personnels de soins.

Un lit vide dans un hopital faisant face au défi de l'absentéisme de son personnel de soin.

Selon l’agence technique de l’informatisation de l’hospitalisation (ATIH), le taux d’absentéisme en 2015 s’établit dans les hôpitaux publics à 8,1% pour le personnel non médical (PNM) et 28 jours d’absence en moyenne par agent et par an. L’absentéisme du personnel médical (PM) est quant à lui plus de deux fois moindre (3,4% et 9 jours d’absence en moyenne par agent et par an) ;

Le taux d’absentéisme des hôpitaux privés, s’il est moindre que dans le secteur public, n’en demeure pas moins élevé : autour de 7% en 2014, soit près de 50% plus élevé que dans d’autres secteurs comme l’industrie ou le BTP

Par ailleurs, la situation des établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPAD) est préoccupante avec un taux d’absentéisme de 10% en moyenne et un indice de fréquence des accidents du travail deux fois supérieur à la moyenne nationale toutes activités confondues.

Si le calcul de l’absentéisme invite à la prudence en raison des différents périmètres qui peuvent être retenus, toutes les estimations démontrent qu’il a atteint un niveau préoccupant. Selon certaines sources, le taux d’absentéisme au sein des hôpitaux publics s’établirait même à 13%, pour une durée moyenne d’absence de 23 jours d’absence par agent et par an.


Au sein du PNM, le taux d’absentéisme est caractérisé par l’importance des arrêts maladie ordinaire et une exposition plus importante aux risques professionnels

Un infirmier effectuant. des missions de remplacements pour compenser l'absentéisme croissant dans son service de soins dans un établissement de santé.

A l’hôpital public, le personnel de soins (IDE, AS, ASH, etc.), qui représente plus des 2/3 du PNM, connait un taux d’absentéisme de 8,8% en 2015. Les principaux motifs d’absence du PNM sont la maladie ordinaire (49%), les congés de longue durée (20%), et les absences pour maternité/paternité/adoption (18%). Les arrêts égaux ou supérieurs à 6 jours représentent la quasi-totalité des arrêts de travail.

En termes d’accidents du travail (AT), le PNM est davantage touché que le PM : la part des jours d’absence pour AT dans le nombre total de jours d’absences est de 8% pour le PNM et de 2% pour le PM.  Les trois principales causes d’accidents du travail sont la chute de plain-pied, l’effort lié à la manutention de malade, et le contact/projection avec le sang, l'urine ou les produits biologiques.


Les taux d’absentéisme observés dans les établissements de santé connaissent une dynamique à la hausse

Dans les hôpitaux publics, l’absentéisme ne cesse de croitre, comme en témoigne l’augmentation de la fréquence des arrêts et leur durée : en 2015, les arrêts sont 10% plus nombreux et 20 % plus longs qu’en 2007.

En outre, la durée moyenne d’absence par jour et par agent est en hausse : respectivement 9 et 28 jours en 2015 pour le PM et le PNM, contre 5,4 et 22,1 jours d’absence en 2014.


Cumulé aux autres types d’absences, l’absentéisme fragilise l’intégrité des équipes de soins

Une équipe d'infirmières effectuant des missions de remplacements pour compenser l'absentéisme dans leur service de soins dans un établissement de santé.

Si le nombre moyen de jours d’absence pour raisons de santé du personnel soignant est de 28 jours, d’autres types d’absence peuvent s’y cumuler :

  • Les congés annuels : soit 25 jours de CA par an pour un temps plein ;
  • La réduction du temps de travail (RTT) : 15 à 26 jours de RTT par an selon les établissements, plus l’utilisation des jours stockés sur le compte épargne-temps (CET) ;
  • Les congés pour motifs familiaux, notamment les congés de maternité (16 semaines pour le 1er ou 2ème enfant, 26 semaines pour un 3ème enfant) ;
  • Les autorisations d’absences, notamment pour évènements familiaux (mariage, naissance, décès, etc.), pour exercer des fonctions syndicales ou encore pour fêtes religieuses dans le secteur public.

En moyenne, une infirmière diplômée d'État (IDE) travaillant à temps plein sur un cycle de 5 jours et de 37,5h par semaine (7,5h par jour), générant 15 jours de RTT par an, est absente 74 jours dans l'année.

Sources :

  • Rapport annuel sur l’état de la fonction publique 2016, DGAFP
  • Analyse des bilans sociaux des établissements publics de santé 2015, Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH)
  • Hôpitaux : le palmarès de l'absentéisme, Fondation Ifrap, 11 février 2016.
  • Les salariés français sont absents plus de deux semaines par an, Le Figaro, 6 septembre 2017.
  • Communication de Mme Monique Iborra, rapporteure de la mission « flash » sur les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), Commission des affaires sociales, Assemblée nationale, 13 septembre 2017
  • Des conditions de travail en EHPAD vécues comme difficiles par des personnels très engagés, Les dossiers de la DREES, septembre 2016.
  • Regard sur les absences au travail pour raison de santé dans les établissements hospitaliers, Sofaxis, juin 2016
  • L'absentéisme gangrène fortement l'hôpital public, Le Figaro, 20 avril 2016.
  • Les établissements de santé, Panoramas de la Drees, 2017
  • Analyse des bilans sociaux des établissements publics de santé 2015, ATIH, Op. cit.
  • Rapport sur l’état de la fonction publique 2016, DGAFP
  • Regard sur les absences au travail pour raison de santé dans les établissements hospitaliers, Sofaxis, juin 2016
  • Rapport annuel sur l’état de la fonction publique 2016, DGAFP
  • Rapport sur le temps de travail dans la fonction publique, Philippe Laurent, 2016